Uncategorized

Témoigner pour inspirer…

cropped-baobab2.jpg

J’ai dans l’esprit depuis quelque temps déjà d’écrire l’histoire d’hommes et de femmes d’Afrique, qui ont choisi de forcer le destin pour se réaliser dans une voie difficile, risquée, qui est celle de l’entrepreneuriat. J’ai recueilli l’adhésion de certains d’entre eux à ce projet mais le temps passe et ce livre ne s’écrit pas. Alors j’ai décidé sous forme de blog, au fil de mon inspiration, de partager mon expérience de l’entreprise et d’offrir  aux jeunes et à tous ceux qui veulent se prendre en mains, des itinéraires de chefs d’entreprise qui ont abandonné résolument la résignation pour créer des richesses tout en s’épanouissant et en transformant le monde.

Je  vous raconterai l’histoire, non pas de ces quelques capitaines d’industrie à la réussite insolente auxquels il n’est pas aisé de s’identifier même si leurs parcours forcent l’admiration, mais  de créateurs de petites et moyennes entreprises qui seront pour certaines les grandes entreprises de demain, qui avec foi et abnégation ont choisi d’entreprendre dans l’agriculture et plus précisément dans la transformation des produits agricoles, secteur peu valorisé .

J’ai écouté de nombreux entrepreneurs de divers pays d’Afrique et même si les situations sont différentes, tous se plaignent du manque de vision concernant la transformation des produits agricoles. La spécificité des entreprises qui transforment des matières premières issues de l’agriculture n’est pas prise en compte même si on reconnaît la nécessité de créer de la valeur ajoutée chez nous plutôt que d’exporter des matières brutes. En matière de fiscalité, de recrutement, d’acquisition d’équipements, d’accès aux financements, les PME de transformation agricole et agroalimentaire sont encore moins bien loties que les entreprises purement agricoles qui bénéficient de quelques appuis et exonérations.

J’ai bien conscience que l’entrepreneuriat n’est pas accessible à tous. Mais, par la formation et en créant les conditions d’émergence des PME, il est possible de réduire les contraintes, d’accompagner les premiers pas et ainsi de ne pas décourager ceux qui voudraient tenter l’aventure. De plus, la transformation des matières premières agricoles est un secteur encore en friches, où l’on peut commencer petit, faire ses armes, tomber, se relever, recommencer jusqu’à trouver sa voie, l’essentiel étant de rester motiver et de ne pas se décourager à la moindre embûche. Sachant que nous tenons notre avenir entre nos mains, tout en militant pour que l’Etat fasse son travail, nous devons plus qu’ailleurs nous mettre au travail pour transformer nos idées, nos rêves, nos projets en réalités.

Je parlerai non seulement des entrepreneurs mais également des produits innovants qui sont mis sur le marché témoignant de la créativité de ce secteur.

Je me ferai également l’écho des préoccupations des acteurs de la transformation des matières premières agricoles avec l’idée que nous devons nous faire entendre pour mieux apporter notre contribution au développement de nos pays. Nous évoluons dans des environnements difficiles, contraignants, mais nous ne pouvons pas perdre notre temps à nous plaindre de tout ce qui ne va pas et qui nous empêche de réussir. Nous devons par nos réflexions, forts de nos expériences, être constructifs et engagés dans le développement d’industries locales de transformation dignes de ce nom.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s